un seul troupeau et un seul Pasteur

« Je suis le Bon Berger : le Bon Berger se dessaisit de sa vie pour ses brebis. » Ces deux termes, Bon Berger et dessaisit, reviennent plusieurs fois dans l’évangile de ce dimanche. C’est dire à quel point le Berger, le « vrai, » est prêt à tout pour ses brebis : jusqu’à se dessaisir de sa vie!

Première remarque : Tous, nous avons une « certaine connaissance », pour avoir vu de nos yeux, ou tout au moins en images, des liens, familiers et très particuliers, qu’un berger a avec son troupeau. Le « vrai » Berger connaît ses brebis, et ses brebis le connaissent. On parle alors du « flair des brebis » qui ne trompe pas : elles n’iront pas vers un autre berger. Mais avant tout, il y a « le Berger qui apprivoise. »  

Deuxième remarque : Le vrai berger « donne sa vie pour ses brebis. » C’est dire jusqu’où va l’attachement du berger pour son troupeau. En plus de la « connaissance mutuelle » il y a le don de la vie! Jésus dit : « Je les connais et je donne ma vie pourelles, comme le Père me connaît et que je connais le Père. » La relation intime, profonde, ineffable de Jésus avec le Père est ce qui habite Jésus, le fait vivre et l’anime tout au long de sa vie. C’est également ce qu’Il veut nous laisser comme « héritage! »

Troisième remarque : Le vrai Berger de l’évangile « se soucie des autres brebis qui ne sont pas dans son enclos, et celles-là aussi, il faut que je les mène. » C’est « le souci pastoral » qui doit être présent et vivant au cœur de chaque croyant, au cœur de l’Église. Ce qui fait que ce Dimanche est appelé « Dimanche des vocations. » Ceci est à bien comprendre : tout baptisé, de par son baptême, est apôtre, engagé dans la mission de l’Église. Jésus lui-même a dit : « De toutes les nations faites des disciples. » « Apprenez-leur tout ce que je vous ai confié. Et moi, Je Suis avec vous jusqu’à la fin du monde. » Et voilà qu’Il a tout remis entre nos mains. Nous sommes des « disciples-missionnaires » comme le rappelle souvent le Pape François.

Jésus connaissait bien ceux qu’Il avait choisis, après avoir prié le Père : Simon- Pierre et André, son frère, Jacques et son frère Jean, tous, pauvres pêcheurs de la Galilée, Matthieu le percepteur d’impôts romains, Thomas dit le Jumeau, Philippe disciple de Jean le Baptiste, Barthélemy l’étudiant des Écritures Saintes, Jacques fils d’Alphée, Simon surnommé le zélote, Judas fils de Jacques, et Judas Isacrioth qui devint traître. Qui dira mieux comme « choix » pour « faire résonner la Bonne Nouvelle jusqu’aux extrémités du monde! »

Seul l’amour personnel du Christ pour chacun de ses frères et sœurs peut faire que nous devenions des disciples heureux d’être appelés à participer à la Mission du Christ « qui veut rassembler dans l’unité tous les enfants de Dieu dispersés. »

« Nous te rendons grâce, Dieu notre Père : la voix du Christ nous rassemble déjà dans l’eucharistie : par lui, tu nous conduis vers l’enclos des joies éternelles où il n’y aura plus qu’un seul troupeau et un seul Pasteur. » AMEN. sr. Françoise Daigneault

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Proudly powered by WordPress | Theme: Sprout Blog by Crimson Themes.